Aller au contenuAller à la recherche
AAA

Ressources pour les adolescents

SpeedKingz/Shutterstock.com

De nos jours, plusieurs personnes sont victimes de cyberviolence. Près de 83 % des adolescents canadiens ont régulièrement accès à un ordinateur et 67 % ont accès à un téléphone cellulaire. Cette augmentation, qui ne s’est pas seulement produite chez les jeunes, explique l’accroissement des crimes liés à la cyberviolence faite aux femmes. Si tu es victime de cyberviolence, il existe plusieurs programmes et organismes qui peuvent t’aider. Si tu es en danger immédiat, appelle le 9-1-1.

Renseignements généraux           

Renseignements généraux           

Je suis victime de cyberviolence. Que devrais-je faire?

  • Parles-en à un adulte de confiance, comme un enseignant, un directeur d’école, un conseiller scolaire, un parent, etc.
  • Tu peux aussi consulter Jeunesse J’écoute, un site Web qui contient une foule de ressources et qui te permet de parler avec quelqu’un en tout temps, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.
  • Rapporte les actes de cyberviolence à Facebook, Twitter, SnapChat, Vine, Instagram, etc. Le site Web AidezmoiSVP contient une mine de renseignements quant à la façon de communiquer avec les différents réseaux sociaux afin de leur demander de retirer des images ou des vidéos à caractère sexuel.
  • Communique avec Cyberaide, la centrale canadienne de signalement des cas d’exploitation sexuelle d’enfants sur Internet. Ce site reçoit et traite les signalements du public relativement à du matériel potentiellement illégal et à des activités liées à l’exploitation sexuelle d’enfants, et transmet les cas litigieux aux autorités appropriées.
  • Si c’est possible, demande à la personne qui diffuse les photos ou les propos d’en cesser la diffusion. Le site Web AidezmoiSVP peut te donner des trucs pour le faire.
  • Conserve des copies de la page Web où se trouve la cyberviolence (les propos ou les photos).

Questions Courantes

Je crois que je suis victime de cyberviolence. À qui devrais-je demander de l’aide?

Parles-en à un adulte de confiance, comme un enseignant, un directeur d’école, un conseiller scolaire, un parent, etc. En tout temps, si tu es en danger immédiat, appelle le 9-1-1. 

Si je ne veux pas parler de la situation à mes parents, est-ce que je peux en parler avec quelqu’un d’autre?

Tu peux toujours en parler à un enseignant, à un directeur d’école ou à un conseiller scolaire. Tu peux aussi communiquer avec Jeunesse J’écoute au 1-800-668-6868 : c’est un service confidentiel et gratuit à travers tout le Canada.