Aller au contenuAller à la recherche
AAA

L’étiquette d’un aliment : que peut-elle vous révéler?

© antgor | Fotolia

En errant dans les allées de votre épicerie un samedi matin, il se peut que vous ne remarquiez pas toutes les informations qui vous entourent. En fait, votre épicerie vous offre une abondance de renseignements au sujet des aliments que vous mangez! Bio, faible en gras, sans gluten… lisez-vous vraiment les étiquettes?

Renseignements généraux

L’étiquette alimentaire (« food label » en anglais) est requise par la loi, mais qu’est-ce que c’est?

L’étiquette alimentaire est un morceau de papier, un autocollant ou une image imprimée sur l’emballage d’un aliment qui fournit des informations importantes à son sujet.

Les lois qui régissent l’étiquetage et la vente des aliments s’appliquent de la même façon partout au pays. L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) est l’organisme gouvernemental qui assure le respect de ces lois.

Selon l’ACIA, l’étiquette alimentaire a 3 fonctions principales :

  1. fournir des renseignements de base au sujet de l’aliment (ex. : le nom de l’aliment),

  2. fournir des renseignements sur les aspects santé, sécurité et nutritionnel de l’aliment (ex. : la liste des ingrédients),

  3. servir d’outil pour la commercialisation, la promotion et la publicité (ex. : mention « faible en gras » ou « produit biologique »)

L’image ci-dessous identifie les éléments qui doivent apparaître sur une étiquette alimentaire :

ATTENTION :

Les règles régissant les étiquettes alimentaires sont très sévères. Un fabricant n’a pas le droit d’inclure des informations mensongères (ex. : indiquer qu’un produit est biologique s’il ne l’est pas) ou d’emballer le produit de manière à induire les acheteurs en erreur (ex. : faire croire aux acheteurs qu’ils achètent 200g de produit tandis qu’ils en achètent réellement 100g).

Un fabricant qui ne respecte pas ces règles peut recevoir une amende ou même, une peine d’emprisonnement.

Tous les aliments doivent-ils être étiquetés?

Non. Voici les aliments qui doivent avoir une étiquette :

  • Les aliments préemballés (« prepackaged » en anglais), tels les biscuits préparés ou encore les mets surgelés,

  • la viande fraîche,

  • la viande cuite en magasin (on doit indiquer la température à laquelle conserver la viande).

Selon l’ACIA, l’étiquetage des fruits et légumes frais qui sont emballés dans une pellicule de plastique, à l’aide d’une bande torsadée (« twist tie » en anglais) ou d’un élastique de caoutchouc n’est pas obligatoire.

Donc, les concombres recouverts d’une pellicule de plastique, tomates, bananes et cèleri attaché par une bande élastique ne doivent pas nécessairement avoir d’étiquette.

Mais attention! Vous devez pouvoir repérer le nom d’un l’aliment, son prix, son code à barres, et parfois son pays d’origine. Ces informations peuvent être apposées sur l’aliment au moyen d’un autocollant, ou figurer sur une enseigne près de l’aliment (ex. : les enseignes qui identifient les aliments sur les tablettes).

Vous voulez plus d’information au sujet des aliments que vous mangez?

Le site internet de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) contient de l’information par rapport à l’étiquetage des aliments. Il s’agit d’un bon point de départ si vous recherchez à en apprendre davantage au sujet des aliments que vous consommez ou des exigences d’étiquetage au Canada.

Vous avez d’autres questions? Communiquez avec l’ACIA à cette adresse.