Aller au contenuAller à la recherche
AAA

Violence conjugale : trouver la sortie

©Kittiphan │Fotolia

Au début d’une relation, on n’imagine pas qu’un jour, on aura peur de son conjoint ou de sa conjointe… Malheureusement, c’est la réalité de bien trop de Canadiennes et Canadiens qui vivent la violence conjugale. Personne n’est à l’abri d’une relation malsaine et abusive. Sachez comment reconnaître la violence conjugale et comment réagir.

Renseignements généraux

Qu’est-ce que la violence conjugale?

Il s'agit de violence dans une relation de couple, où l'agresseur cherche à contrôler la victime en tentant de la dominer. La violence peut être physique, mais elle peut aussi être psychologique, verbale, économique, sexuelle ou spirituelle. Plusieurs actes de violence conjugale sont des crimes. Par exemple : le meurtre ou la tentative de meurtre, les agressions sexuelles, les menaces criminelles, les voies de fait, etc.

types de violence_0.png

Les femmes et les hommes peuvent être victimes de la violence conjugale. Selon une étude publiée en 2014, les femmes sont deux fois plus à risque que les hommes de subir les actes de violence conjugale les plus graves et trois fois moins portés à les déclarer à la police. Dans le monde, une femme sur trois a été victime de violence physique ou sexuelle. 

La violence conjugale n'est pas sélective : toute personne peut en être victime, peu importe son âge, son niveau d'éducation, son origine ou ses moyens financiers. 

violence-conjug_26549894 (1).png

Qu'est-ce que le cycle de la violence?

La violence conjugale est un cycle vicieux qui comporte souvent quatre étapes principales, illustrées dans le schéma ci-dessous.  

cycle.png

Le cycle de la violence peut être difficile à rompre puisque l'agresseur utilise la peur, les sentiments de culpabilité, la honte, l'intimidation et même les menaces pour maintenir son emprise sur la victime.

Seul l'agresseur peut arrêter la violence, mais la victime peut rompre le cycle de la violence en brisant le silence.

Comment rompre le cycle de la violence conjugale?

Prévenir la violence

Les personnes qui subissent de la violence conjugale ou qui ont peur que leur conjoint devienne violent peuvent préparer un plan d'urgence. Ce plan identifie quoi faire durant des périodes de crise (ex. les documents importants à apporter s'il faut quitter rapidement, le nom de personnes de confiance qui peuvent aider, les coordonnées d'une maison d'hébergement à proximité).

La meilleure façon de combattre la violence est de l'arrêter avant même qu'elle ne commence. Le gouvernement du Canada a élaboré plusieurs ressources et programmes pour vous aider à promouvoir les relations saines et la santé mentale auprès de vos enfants. 

Communiquer avec la police

Lorsque le comportement semble dangereux, une plainte peut être déposée à la police. Si le danger est immédiat, composez le 9-1-1. Lorsque le comportement n'est pas criminel, mais qu'il risque de le devenir, il est possible de demander un engagement de ne pas troubler la paix publique (appelé « peace bond » en anglais). Un engagement de ne pas troubler la paix publique est une ordonnance d'un tribunal et peut, par exemple, interdire à l'agresseur de communiquer avec son conjoint ou ses enfants, de consommer de l'alcool, ou de posséder une arme. 

Appuyer les victimes

Il est important que la victime puisse parler à une personne de confiance, en sachant qu'elle sera écoutée et crue. Elle peut également appeler une ligne d’écoute.

Questions Courantes

Lorsqu’une personne quitte une relation violente, peut-elle partir avec ses enfants?

Oui. Cependant, elle ne peut pas quitter sa province ou son territoire jusqu’à ce qu’un juge lui accorde la garde des enfants.

Lorsqu’une personne immigre au Canada, mais est parrainée par son conjoint ou sa conjointe, risque-t-elle de devoir quitter le pays si elle met fin à la relation?

Non. Auparavant, il existait des conditions (ex. vivre ensemble deux ans), mais ces conditions ont été abolies en 2017. Pour plus d’information, consultez l’avis du gouvernement du Canada sur l’élimination de la résidence permanente conditionnelle.

Votre partenaire vous a forcé à avoir une relation sexuelle. Est-ce un crime?

Oui. Le consentement est nécessaire à chaque rapport sexuel, même si vous êtes en couple. Le fait que vous soyez en relation ou que vous avez eu des rapports sexuels dans le passé n’indique pas que vous consentez à tout rapport sexuel avec votre partenaire.