Aller au contenuAller à la recherche

Agent de probation

En bref

L'agent de libération conditionnelle aide les détenus qui ont obtenu une libération conditionnelle à réussir leur réinsertion sociale. Il surveille également les détenus en libération conditionnelle pour s’assurer qu’ils respectent les conditions qui leur ont été imposées et qu’ils ne récidivent pas.

L’agent de probation, quant à lui, supervise et aide les contrevenants qui sont en probation.

L’emploi

Quelle est la différence entre une « libération conditionnelle » et une « probation »?

Un contrevenant est généralement admissible à une libération conditionnelle après une certaine période d’incarcération. Une libération conditionnelle ne diminue pas la peine d’emprisonnement imposée au contrevenant. On considère alors que la personne est toujours « détenue », mais qu’elle purge ce qui reste de sa peine dans la collectivité en respectant certaines conditions. Le contrevenant peut alors entreprendre des démarches concrètes en vue de sa réinsertion sociale, ce qui diminue les chances qu’il récidive (retombe dans la criminalité).

L’ordonnance de probation, quant à elle, n’est pas nécessairement liée à une peine d’emprisonnement. L’imposition d’une probation peut être une peine en soi. Lorsqu’on impose des conditions de probation à une personne, on ne vise pas à la détenir pour la punir, mais plutôt de « l’avoir à l’œil » afin de favoriser sa réadaptation. La durée maximale d’une probation est de trois ans et c’est le juge qui décide quelles conditions accompagneront la probation.

Les tâches

Les agents de probation et de libération conditionnelle aident à protéger la sécurité publique en gérant les contrevenants qui purgent leurs peines dans la collectivité.

Les agents de libération conditionnelle et les agents de probation ont des fonctions différentes, mais qui se recoupent à plusieurs égards. Le travail de ces deux types d’agents comprend trois principales fonctions :

  • la surveillance;
  • le soutien;
  • l’évaluation.

 

La surveillance

L’agent de probation ou de libération conditionnelle surveille le comportement du contrevenant dans la collectivité. Son rôle est également d’encadrer et d’aider cette personne, notamment en la dirigeant vers les ressources appropriées.

Une personne qui fait l’objet d’une libération conditionnelle ou d’une probation doit se rapporter régulièrement à son agent. Ce dernier s’assure que le contrevenant respecte les conditions qui lui ont été imposées, comme :

  • respect d’un couvre-feu;
  • interdiction de s’approcher d’une personne donnée ou de communiquer avec elle;
  • interdiction de fréquenter les milieux criminels;
  • interdiction de s’approcher des cours d’école, de déménager, etc.;
  • obligation d’effectuer des travaux communautaires ou de suivre une cure de désintoxication;
  • interdiction de consommer de l’alcool;
  • interdiction de posséder des armes à feu.

Cet aspect du travail des agents de probation ou de libération conditionnelle vise à protéger le public et est donc très important. Par exemple, si le contrevenant ne respecte pas les conditions de sa libération conditionnelle ou de sa probation, l’agent doit en informer les autorités, lesquelles prendront les mesures nécessaires (comme suspendre la libération conditionnelle du contrevenant).

 

La prévention de la récidive et le soutien

L’agent de probation ou de libération conditionnelle a également pour tâche d’assister le contrevenant dans sa démarche de réadaptation afin de diminuer les chances de récidive. Selon le cas, l’agent pourrait aider le contrevenant à :

  • trouver un emploi;
  • trouver un logement;
  • se faire de nouveaux amis;
  • arrêter de consommer des stupéfiants.

L’agent établira donc un plan d’intervention avec le contrevenant dans lequel il tentera avant tout de supprimer les besoins « criminogènes » de ce dernier (c’est-à-dire, les besoins qui l’incitent à participer à des activités criminelles). À cet égard, le rôle de l’agent est de :

  • comprendre les problèmes auxquels se confronte le contrevenant;
  • conseiller et diriger le contrevenant vers des organismes communautaires qui pourront l’aider.

 

L'évaluation

Dans l’exercice de ses fonctions, l’agent de probation ou de libération conditionnelle est appelé à produire de nombreux rapports. Entre autres, il doit porter un jugement professionnel sur le cheminement du contrevenant vers la réinsertion sociale et indiquer s’il respecte ou non les conditions de sa libération.

Par exemple, l’agent de probation évalue le contrevenant dès qu’il commence sa probation. Il analyse aussi la situation dans laquelle il se trouve. S’il présente un risque élevé de récidive, il devra rencontrer plus fréquemment son agent et entreprendre davantage de démarches de réinsertion sociale afin de diminuer les chances qu’il retombe dans la criminalité.

 

Rapport présententiel

Lorsqu’une personne a été déclarée coupable d’une infraction, l’agent de probation produit un « rapport présententiel » afin d’aider le juge à déterminer quelle est la peine appropriée. Pour ce faire, il examine :

  • le milieu de vie du contrevenant : son enfance, sa famille, ses amis, son travail, ses loisirs, sa situation économique et sociale;
  • la situation économique et familiale du contrevenant;
  • les circonstances de l’infraction;
  • les démarches qui inciteraient le contrevenant à adopter des comportements adéquats à l’avenir (thérapie, recherche d’emploi, etc.).

 

Bref, les agents de probation et les agents de libération conditionnelle jouent un rôle important dans le système judiciaire, et ce, avant et après l’imposition d’une peine.

 

Milieux de travail

Les agents de probation travaillent essentiellement pour les gouvernements provinciaux et territoriaux (lesquels sont responsables de l’administration de la justice sur leur territoire), alors que les agents de libération conditionnelle travaillent pour le gouvernement fédéral.

 

Formation

Pour le moment, il n’existe pas de programme d’études particulier pour devenir agent de probation ou de libération conditionnelle. Cependant, un diplôme d’études postsecondaires de deux ans, de préférence en sciences sociales, est normalement requis. Par exemple, en Colombie-Britannique pour devenir un agent de probation pour les adultes, il faut posséder un baccalauréat de 4 ans. 

De plus, pour exercer cette carrière, vous devrez réussir la formation dispensée par les services correctionnels de votre province ou territoire. Une expérience de travail auprès d’une clientèle carcérale constitue également un atout important.

Pour en apprendre davantage sur les perspectives d’emploi des agents de probation ou de libération conditionnelle, consultez les liens suivants :

 

Alberta

 

Colombie-Britannique

 

Manitoba

 

Ontario

 

Yukon

 

Fédéral

Défis à relever au cours des prochaines années

Les agents de probation et de libération conditionnelle devront travailler en collaboration avec les agents des services correctionnels qui participent davantage à la réinsertion sociale des détenus.

L’agent de probation ou de libération conditionnelle joue déjà un rôle prépondérant dans l’évaluation du risque de récidive, mais son expertise en matière criminologique sera encore plus sollicitée à l’avenir. Ainsi, son travail se définira bien plus par l’évaluation du risque de récidive chez les contrevenants et par la détermination de leurs besoins que par le suivi ou la surveillance des contrevenants.

Aptitudes clés

Avez-vous ce qu’il faut pour devenir un bon agent de probation ou de libération conditionnelle? Voici la liste des aptitudes clés qui vous seront utiles pour exercer cette carrière.

Capacité d'entrer en relation

Les agents de probation ou de libération conditionnelle doivent s’attirer la confiance et le respect des contrevenants dont ils sont responsables. Ils doivent donc avoir de l’entregent et de l’empathie.

Capacité de fermeté

Il appartient aux agents de s’assurer que les contrevenants respectent les ordonnances de probation ou les conditions de leur libération conditionnelle. Pour cette raison, ils doivent savoir faire preuve de fermeté et d’assurance.

Capacité d’analyse

Les agents de probation ou de libération conditionnelle doivent posséder la capacité d’analyse nécessaire pour rédiger des rapports dans lesquels ils recommandent une peine, évaluent le risque que présente un contrevenant ou décrivent les progrès qu’il fait en matière de réadaptation.

Diplomatie

Les agents de probation et les agents de libération conditionnelle se retrouvent souvent dans des situations explosives. Comment convaincre un criminel endurci de respecter ses conditions de libération? Comment lui faire admettre qu’il a un problème de violence et qu’il doit prendre ce problème en charge? Les agents doivent savoir désamorcer les crises et trouver le mot juste dans des circonstances difficiles.

Ces aptitudes ne sont que des exemples, il en existe beaucoup d’autres qui feront de vous un excellent agent de probation et de libération conditionnelle, comme être ouvert et avoir un bon jugement.