Aller au contenuAller à la recherche

Interprète judiciaire

tockyimages/Shutterstock.com

En bref

Les traducteurs juridiques traduisent les écrits tandis que les interprètes judiciaires expriment oralement dans une autre langue ce qui est dit. Ils aident les juges, les avocats, les policiers, les accusés, et tous les autres qui se heurtent à une barrière linguistique lorsqu’ils ont affaire au système judiciaire.

 

L’emploi

Les tâches

Alors que les traducteurs modifient la langue des écrits, les interprètes expriment oralement dans une autre langue ce qui est dit.

Par exemple, à la Chambre des communes ou aux assemblées de l’Organisation des Nations Unies, des interprètes traduisent simultanément ce qui est dit afin que toutes les personnes présentes puissent comprendre. Les participants utilisent des écouteurs pour entendre la traduction en simultané.

Certains interprètes sont spécialisés en langage des signes. En utilisant des gestes universellement reconnus, ils permettent aux personnes malentendantes de suivre ce que d’autres gens disent.

Procédures judiciaires

Les interprètes judiciaires aident leurs clients à comprendre ce qui se passe à l’occasion de diverses procédures judiciaires et administratives. Ainsi, un interprète judiciaire peut traduire simultanément tout ce qui est dit pendant un procès afin que toutes les personnes visées comprennent. Il peut également aider les parties à se comprendre au cours d’une négociation ou d’une rencontre.

Vocabulaire juridique

Les interprètes judiciaires doivent aussi connaître le vocabulaire et les conventions du milieu juridique. L’interprète a cependant moins de temps pour trouver le mot juste que le traducteur, puisqu’il doit souvent faire son travail en temps réel.

 

Milieux de travail

Les interprètes judiciaires doivent se déplacer souvent afin d’aller où l’on a besoin d’eux. Leurs services peuvent être requis :

  • dans un cabinet d’avocats;
  • dans une cour de justice;
  • dans une cour administrative;
  • pendant une réunion de négociation.

Ils peuvent travailler pour :

  • une firme spécialisée en traduction;
  • le gouvernement;
  • une grande société privée;
  • des médias;
  • à leur compte.

 

Formation

Il y a plus d’une façon de devenir traducteur juridique ou interprète judiciaire :

  1. Vous pouvez obtenir un baccalauréat en traduction et ensuite vous spécialiser en droit;
  2. Vous pouvez obtenir une formation en droit et ensuite vous lancer en traduction ou en interprétariat.

 

Obtenir un baccalauréat en traduction et se spécialiser en droit ensuite

Vous pouvez obtenir un baccalauréat en traduction, pour ensuite vous spécialiser en droit, soit dans votre milieu de travail ou en obtenant une formation complémentaire en droit (techniques juridiques, certificat en droit ou baccalauréat en droit).

Quoique cette formation complémentaire ne soit pas toujours exigée par les employeurs, elle constitue certainement un atout majeur pour tout aspirant traducteur juridique ou interprète judiciaire.

Alberta

En Alberta, les institutions postsecondaires n'offrent pas de formation en traduction. Par contre, les universités suivantes offrent des programmes en langue française :

Les deux sites suivants offrent plus de renseignements sur les carrières de traducteur et d’interprète en Alberta :

Colombie-Britannique

Bien qu’il n’y ait pas, en Colombie-Britannique, de programme d’études de traduction

en français, l’Université Simon Fraser offre un programme en langue française :

Manitoba

Au Manitoba, vous pouvez faire un baccalauréat en traduction à l’Université de Saint-Boniface, en ligne ou sur place :

Nouveau-Brunswick

Au Nouveau-Brunswick, l’Université de Moncton offre un baccalauréat en traduction :

Ontario

En Ontario, vous pouvez obtenir un baccalauréat en traduction dans l’une des universités suivantes :

 

Obtenir une formation en droit puis se lancer en traduction ou interprétariat

Les juristes qui souhaitent faire le saut dans le domaine de la traduction juridique peuvent aussi suivre un programme de maîtrise en traduction juridique offert uniquement par l’Université d’Ottawa. Cette maîtrise d’un an et demi est seulement proposée aux personnes qui détiennent un baccalauréat en droit.

Association des traducteurs et interprètes

Une fois cette formation complétée, vous pourrez devenir membre de l’association des traducteurs et interprètes de votre province ou territoire. Cela vous permettra de bénéficier d’une plus grande reconnaissance de vos compétences et d’obtenir le titre de professionnel agréé.

Pour obtenir une liste des associations de traducteurs et d’interprètes au Canada : Conseil des traducteurs, terminologues et interprètes du Canada (CTTIC).

 

Aptitudes clés

Avez-vous ce qu’il faut pour devenir un bon traducteur juridique ou un bon interprète judiciaire? Voici la liste des aptitudes clés qui vous seront utiles pour exercer cette profession.

Souci du détail

Les traducteurs et interprètes doivent trouver LE mot juste. La fidélité avec laquelle ils effectuent leurs traductions fait toute la différence entre un bon et un mauvais traducteur ou interprète.

Neutralité

Les traducteurs juridiques et interprètes judiciaires doivent être particulièrement attentifs à la connotation des termes qu’ils choisissent. Un mauvais choix à cet égard peut laisser croire que le traducteur a un parti pris.

Écoute

Il va de soi que, pour traduire correctement une phrase, il faut d’abord l’avoir comprise! D’où l’importance pour les traducteurs juridiques et interprètes judiciaires de bien écouter et comprendre leurs clients. De plus, les interprètes judiciaires doivent être rapides afin de traduire de façon quasi instantanée les propos d’une personne.

Communication écrite

On s’attend à ce que les traducteurs juridiques écrivent avec la même habileté que l’auteur du texte qu’on leur confie. La plupart du temps, la traduction d’un document nécessite encore plus de doigté que sa rédaction. Il faut être un spécialiste des subtilités et des expressions familières dans les deux langues.

Ces aptitudes ne sont que des exemples. Il en existe beaucoup d’autres qui feront de vous un excellent traducteur juridique ou interprète judiciaire, comme être minutieux, autonome ou avoir une grande capacité de travail.