Aller au contenuAller à la recherche

Criminologue

En bref

Le criminologue étudie les comportements criminels et tout ce qui accompagne ces comportements. Il y a deux principaux types de criminologues :

  • le criminologue-intervenant : ce dernier travaille auprès des contrevenants, tant les jeunes que les adultes, et des victimes d’actes criminels;
  • le criminologue-analyste : ce dernier examine les politiques législatives, met sur pied les programmes correctionnels et de prévention, et en fait l’évaluation.

 

L’emploi

Le criminologue peut travailler dans divers domaines, dont la prévention du crime, l’élaboration de pratiques législatives et la politique pénitentiaire. Il participe aussi aux traitements et au soutien offert aux contrevenants et aux victimes.

Il travaille parfois avec des personnes individuelles (comme une victime ou un contrevenant) et quelquefois avec des groupes (comme des groupes de détenus ou les familles des victimes). Le criminologue travaille également avec d’autres acteurs du secteur de la justice, dont la police et les employés des tribunaux et des prisons.

Tel que mentionné précédemment, il y a deux principaux types de criminologues :

  • le criminologue-intervenant;
  • le criminologue-analyste.

Le criminologue-intervenant

Le criminologue-intervenant évalue les besoins des contrevenants afin d’élaborer un plan d’intervention. Ces derniers doivent respecter certaines conditions qui leur ont été imposées par le système judiciaire, comme les conditions précisées dans une ordonnance de probation.

Le criminologue-intervenant est responsable d’assurer le suivi des contrevenants et de vérifier s’ils respectent les conditions qui leur ont été imposées. Des exemples de conditions sont l’imposition d’un couvre-feu, l’obligation de ne pas communiquer avec une victime et l’obligation de résider à une certaine adresse.

Le criminologue-intervenant peut également travailler avec les victimes ou offrir des ateliers aux détenus d’un pénitencier.

Le criminologue-intervenant doit bien connaître le fonctionnement général du système pénal puisqu’il doit diriger les personnes vers les services appropriés. Par exemple, certaines personnes ont besoin d’aide pour des problèmes de toxicomanie ou de violence conjugale. Il est donc important de bien connaître les organismes publics et communautaires qui œuvrent dans le domaine de la justice pénale ou qui peuvent venir en aide aux contrevenants et aux victimes.

Le criminologue-intervenant procède également à la collecte et à l’analyse de renseignements afin de rédiger des rapports présentenciels (ces rapports contiennent des renseignements sur le contrevenant et sur l'infraction qu’il a commise).

Somme toute, le criminologue-intervenant travaille avec des individus et des groupes qui ont été affectés par un comportement criminel, que ce soit leur propre comportement ou celui d’un autre.

Le criminologue-analyste

Le criminologue-analyste étudie le comportement criminel et les enjeux associés à la victimisation. Il mène aussi des recherches sur diverses thématiques. Ces recherches peuvent mener à l’élaboration de nouvelles politiques ou de nouveaux programmes.

Voici des exemples de thématiques d’étude et de recherche :

  • Les droits des victimes de crimes;
  • Les bandes criminelles de jeunes;
  • La prévention de la criminalité;
  • Les femmes incarcérées;
  • Les condamnations injustifiées.

Le criminologue-analyste peut élaborer et analyser des politiques pénales. Il peut également mettre sur pied des programmes correctionnels et de prévention. Afin de mener à bien ces démarches, le criminologue doit examiner des documents et analyser des données quantitatives et qualitatives.

 

Milieux de travail

Criminologue-intervenant

Le criminologue-intervenant peut travailler dans divers organismes selon son intérêt et son expertise. Voici des exemples d’endroits où il pourrait travailler :

  • Les bureaux de probation et de libération conditionnelle;
  • Les organismes communautaires qui offrent divers services aux contrevenants. Par exemple, le criminologue-intervenant pourrait travailler pour la Société John Howard, qui œuvre auprès des contrevenants, ou pour la Société Elizabeth Fry, qui vient en aide aux femmes qui ont eu des démêlés avec la justice;
  • Les organismes communautaires qui offrent divers services aux victimes d’actes criminels;
  • Les bureaux gouvernementaux et non gouvernementaux qui offrent des services axés sur la jeunesse;
  • Les centres communautaires résidentiels qui travaillent avec différentes populations, comme les anciens détenus et les toxicomanes;
  • Les établissements de détention fédéraux et provinciaux.

Criminologue-analyste

Le criminologue-analyste peut travailler dans divers milieux, dont les milieux suivants :

  • La fonction publique fédérale et provinciale;
  • Service correctionnel Canada;
  • Le ministère de la Justice Canada;
  • L’Agence des services frontaliers du Canada;
  • La Gendarmerie royale du Canada;
  • Le Centre national de prévention du crime;
  • Le ministère des Services à l’enfance et à la jeunesse de l’Ontario;
  • Le ministère de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels de l’Ontario;
  • Les chaires de recherche universitaires.

 

Formation

Pour devenir criminologue, vous devez obtenir un baccalauréat spécialisé en criminologie. Plusieurs universités canadiennes ont des départements de criminologie. Les universités suivantes offrent une spécialisation en criminologie en français :

 

Défis à relever au cours des prochaines années

Le travail du criminologue dépend énormément des politiques pénales en vigueur. Par conséquent, le criminologue doit adapter ses méthodes d’intervention ou ses analyses en fonction du contexte politique.

Par exemple, certaines politiques pénales peuvent augmenter considérablement le nombre de personnes qui feront l’objet d’une intervention pénale, ce qui peut influencer la charge de travail des criminologues.

Parfois, les politiques pénales prônent des « solutions » à la criminalité qui vont à l’encontre des valeurs du criminologue.

De plus, les personnes qui font l’objet d’une intervention pénale présentent des problématiques de plus en plus complexes, ce qui complique parfois la tâche du criminologue (p. ex. problèmes de santé mentale, pauvreté, etc.).

 

Aptitudes clés

Avez-vous ce qu’il faut pour devenir un bon criminologue? Voici la liste des aptitudes clés qui vous seront utiles pour exercer cette carrière.

Capacité d’entrer en relation

Les contrevenants n’ont pas choisi de faire appel aux services du criminologue. C’est le système pénal qui leur impose cette condition. Par conséquent, certaines personnes ne sont pas intéressées à cette « relation d’aide », ce qui rend le travail du criminologue d’autant plus difficile.

Diplomatie

Les criminologues se retrouvent souvent dans des situations difficiles. Ils doivent savoir désamorcer les crises et trouver le mot juste dans des circonstances difficiles.

Analyse critique

Le criminologue doit prendre en considération plusieurs éléments lorsqu'il prend des décisions, prépare des rapports, etc. Il doit être en mesure d’analyser des renseignements provenant de diverses sources.

Résolution de problèmes

Les personnes avec qui le criminologue travaille présentent un certain nombre de problématiques (problèmes de santé mentale, toxicomanie, pauvreté, etc.). Il est donc important que le criminologue sache évaluer ces problématiques et y trouver des solutions appropriées.

Compétences en communication écrite et orale

La rédaction de rapports est une tâche importante du criminologue. Selon le poste qu’il occupe, le criminologue pourrait rédiger des rapports de toute sorte. Il doit donc posséder une excellente maîtrise de la langue et savoir s’exprimer clairement.

Ces aptitudes ne sont que des exemples. Il y en a beaucoup d’autres qui feront de vous un excellent criminologue, comme une grande capacité de travail, de concentration, de réflexion et l’attention portée aux détails.